Rencontres 2012 : Retours de Chine 1922-1932

Dès ses débuts dans le journalisme, Albert Londres a été attiré par l’Orient. En 1922, après le succès de ses premiers grands reportages, en particulier ceux effectués en Russie soviétique, Albert Londres part enfin pour l’Asie. Il décrit émerveillé le quotidien du Japon qui reste solide malgré les tremblements de terre. Il découvre par contraste, l’anarchie qui règne en Chine, un pays dominé par les seigneurs de la guerre, et où cohabitent un empereur et un président de la République
La série d’articles rédigés sur place constitue la matière première de son livre « La Chine en folie » publié à son retour.

Ce n’est que dix ans plus tard qu’Albert Londres repartira pour la Chine, en janvier 1932. Il a tout fait pour y retourner. Quelle enquête a-t-il en tête ?
Alors que le directeur littéraire du Petit Parisien, Henri Béraud son ami de longue date, refuse de l’envoyer sur place, il obtient le feu vert du Journal et part. Lorsqu’il arrive à Shanghai, la tension entre Chinois et Japonais est à son comble. C’est La Guerre !
Le conflit s’apaise, Albert Londres quitte alors Shanghai pour suivre son projet de sujet initial. Il se dirige vers Tientsin (ou Tianjin), puis il disparaît prés de 3 semaines, avant de revenir à Shanghai s’embarquer sur le Georges Philippar. Les révélations explosives annoncées pour son retour disparaissent en mer avec lui…
Au travers de nombreux textes choisis et d’extraits de la correspondance d’Albert Londres, cette exposition vient nous faire revivre ses émotions et ses sensations. Celles d’un observateur privilégié, plongé au coeur d’une Chine en pleines révolutions préfigurant sa Révolution imminente.

Regard d’un grand reporter d’aujourd’hui : La Chine sans Folies de Philippe Rochot

De ses six années passées comme envoyé spécial permanent de France 2 en Chine (de 2000 à 2006), Philippe Rochot a rapporté une expérience professionnelle, mais aussi humaine, particulièrement riche. Pour preuves, son livre « Vivre avec les chinois » (2008) et les nombreuses photos que cet amateur très éclairé a tirés de son séjour. « Le comportement des Chinois nous désoriente, leur mentalité et leurs raisonnements nous échappent…La Chine est encore un pays d’interdits, mais c’est aussi l’Empire de tous les possibles. » Au cours de ses déplacements dans une quinzaine de provinces, Philippe Rochot a observé des Chinois confrontés aux transformations radicales de leur société.

Chacun de ses clichés participe au décryptage d’une Chine débarrassée des  « à priori » brouillant son image. « La photo est là pour saisir l’événement, mais aussi pour le dépasser, en explorer les traces, les cicatrices laissées par l’homme.»

2012 ; année du dragon, monde en transe, Chine en transit
Table ronde : « les enjeux urbains et écologiques dans les villes chinoises ». Avec Jean-Claude Levy, Bertrand Gallet, Dominique Bari, Zheng Ruoning.

La moitié de la population mondiale vit à présent en ville. La Chine compte 60 villes multi-millionnaires et 30 dépassant le million d’habitants. 400 villes nouvelles doivent sortir de terre d’ici 2020… Actuellement de 45%, le taux de population urbaine chinoise devrait atteindre 60% en 2020. La crise urbaine de la nature concerne donc particulièrement ce pays, en pleine révolution industrielle, dont la part dans la production mondiale a doublé en 15 ans, pour Wei pei Fu

Dernière photo d’ Albert Londres à Sangaï (collection Prix Albert Londres)
Reportage Le dernier voyage d’Albert Londres de François Reinhardt – durée 22’
La nuit du 15 au 16 mai 1932, le plus célèbre des journalistes français, que l’on considère toujours comme le père du grand
reportage, meurt dans l’incendie du Georges Philippar. Le grand paquebot blanc, fleuron des Messageries Maritimes, effectue là le
retour de son voyage inaugural entre Marseille et Yokohama : la ligne impériale ! Albert Londres, redresseur de torts devant l’Éternel,
à qui l’on doit notamment la fermeture du bagne de Cayenne, a embarqué quelques jours plus tôt à Shanghaï. Il
vient de passer trois mois en Chine, sur fond de conflit sino-japonais. Tandis qu’il profite du voyage pour rédiger un
nouveau « brûlot », dont tout le monde ignore le sujet, un incendie survient à l’entrée du
Golfe d’Aden. Albert Londres n’y survivra pas. Attentat ? Sabotage ? Fait divers ? L’enquête
menée à l’époque a-t-elle révélé toute la vérité ? Une production Grand Angle Productions

Film « Voir le pays des matins calmes »

de Gilles de Maistre
Réaliser une fiction – une comédie ! – en Corée du Nord : voilà le défi de taille que s’est lancé Gilles de Maistre il y a un an. Un pari tenu mais risqué, qui a nécessité une préparation minutieuse aux allures de commando. Les six comédiens qui l’accompagnaient incarnent, dans Voir le pays du Matin-Calme, des touristes venus visiter le pays. L’occasion de découvrir cette nation aussi terrible que fascinante.
La Corée du Nord ? Un pays quasi inaccessible, classé au dernier rang mondial au niveau de l’indice de démocratie. Seuls 2 000 touristes occidentaux y pénètrent chaque année, suivant un périple précis et escortés par des guides qui se surveillent mutuellement. Gilles de Maistre et ses six comédiens (Patrick Azam, Audrey Dewilder, Laurent Gernigon,
Aurélie Gourvès, Simy Myara, Maka Sidibe) en ont fait partie. Pour cela, ils ont évidemment menti sur leur profession.

Soirée dîner-débat Chine – Occident, le grand malentendu
Zheng Lu Nian et Daniel Haber sont consultants internationaux et professeurs dans de Grandes Ecoles françaises et dans des Universités étrangères (Chine,Israël…).
Leur longue expérience de la vie internationale (ils ont,tous deux, dépassé l’âge de la sagesse chinoise, 60 ans) les a amenés à écrire, ensemble, un livre qui explore ce qui leur semble devoir être l’un des problèmes majeurs du XXIe siècle, le malentendu qui s’installe entre l’Occident et la Chine, fondé sur la peur de l’autre. Notre peur est le résultat de l’ignorance
et l’ouvrage « Chine-Occident, le grand malentendu du XXIe siècle », paru en novembre 2011 chez L’Harmattan, a pour but d’expliquer et de livrer le « coeur » du peuple chinois pour encourager le dialogue et la coopération.