Rencontres 2013 : Forum du Grand Reportage

Les trois premières éditions des Rencontres ont été de véritables réussites, aussi bien en matière de programmation qu’en matière de fréquentation ; elles ont permis aux partenaires et aux collectivités qui nous soutiennent de prendre la mesure de l’intérêt réel du public pour la vie et l’œuvre du grand reporter – qu’ils soient tous ici remerciés pour leur aide et leur engagement à nos côtés.

Cette année 2013, nous avons décidé d’élargir encore le champ de notre action en créant le Forum du livre de grand reportage : « L’écrire pour le dire» Dans la continuité des écrits d’Albert Londres dont les articles furent aussi publiés sous forme d’ouvrages, nous avons invité des éditeurs et des auteurs qui, comme lui, ont parcouru le monde pour en rapporter des analyses, des commentaires, des histoires, proches ou lointaines, qui parlent à tous ceux que le grand reportage intéresse. Nous remercions tous les auteurs, les éditeurs et les libraires qui ont accepté notre invitation à participer à cette nouvelle aventure.

S’il est quelquefois aisé d’oublier l’objectif principal d’une action à multiples facettes, soutenue par de multiples partenaires, nous ne perdons pas de vue aujourd’hui notre projet initial. Il s’agit bien de l’acquisition de la maison natale d’Albert Londres, rue Besse, et de sa transformation en un lieu vivant, dédié au journalisme, ouvert à tous les publics, à la fois centre de ressources, de recherches et de rencontres. Journalistes et étudiants, lecteurs et visiteurs pourront s’y retrouver, échanger et partager leur passion commune, celle du grand reportage, sous l’égide du grand reporter que fut Albert Londres.
Bonne visite à tous de ces 4° Rencontres « Tour de France, Tour de souffrance » et de ce 1er Forum du livre de grand reportage,

Eté 1924, le Tour de France d’Albert Londres
Conférence de Bernard Cahier, auteur de
« Terminus Gardafui ».

Pour Albert Londres, l’année 1924 s’annonce bien. Son
reportage retentissant sur le bagne de Cayenne est publié en librairie, suivi en fin d’année par celui sur les pénitenciers militaires d’Afrique du Nord. C’est la consécration. Entre les grandes enquêtes sociales et les voyages au bout du monde, qu’est-ce qui le pousse donc à rester en métropole pour suivre une épreuve sportive, le Tour de France cycliste ? Comment va-t-il traiter le sujet, apparemment éloigné de ses préoccupations habituelles ? Et quel en sera l’impact ?

Table Ronde : Le Dopage et le Tour
Tout et son contraire a été dit au sujet du dopage. Tous les discours les plus hypocrites ont été tenus afin de
protéger un système cynique qui garantit les intérêts financiers de quelques-uns mais corrompt la vraie nature
du sport et détruit la santé des sportifs.
Ce sont toutes ces contrevérités que démonte ici point par point le Dr Jean-Pierre de Mondenard en un vrai
dictionnaire critique des idées reçues au sujet de la triche.
Si l’on en croit certains médias, tous les sportifs, quelle que soit leur discipline, usent de stupéfiants. Selon eux,
remporter une compétition de prestige nécessite avant tout l’aide d’un bon laboratoire pharmaceutique, capable
de contourner les progrès de la lutte antidopage. Pourtant, ces mêmes médias encensent démesurément les
performances des champions. Derrière cette situation complexe où l’argent exerce un pouvoir considérable, Éric
Maitrot, pendant près de deux ans, a traqué la vérité.
Avec Jean-Pierre de Mondenard, Jean-Emmanuel Ducoin, Etienne Bonamy, Eric Maitrot – l’avocat Stéphane
Mesones et Alain Néry, Sénateur du Puy de Dôme (Vice Président de la Commission parlementaire sur le
dopage).
Stéphane Mesonès est avocat à Moulins ; il défend en justice les sportifs accusés de dopage – souvent des
cyclistes, mais pas seulement – et qui souhaitent faire valoir leurs droits face aux suspensions dont ils écopent
souvent de la part du système disciplinaire du sport.