Rencontres 2009 :

Exposition du 7 juillet au 17 août 2009 au Palais des congrès
de Vichy sous le parrainage, pour l’occasion, de Christine Clerc, pour rendre hommage au père du grand reportage dont l’oeuvre est une des richesses du patrimoine culturel de la cité thermale.
Grâce à l’accord de la SCAM, administratrice des droits moraux et patrimoniaux de l’association du Prix Albert Londres, à l’implication de Reporter Sans Frontières et au soutien croissant de jour en jour de nombreux vichyssois et partenaires, l’association souhaite pouvoir rendre un hommage au père du Grand reportage dans sa vie natale.
C’est la raison pour laquelle elle a conçue une exposition tournée vers un large public, toutes générations confondues. Cette rencontre avec Albert Londres sera l’occasion de découvrir les documents originaux qui ont fait la renommée de ses prises de position en faveur de l’humanisme et contre l’oppression en général. Les visiteurs croiseront ses regards sur le monde de l’époque, consignés au retour de chaque voyage sous forme de recueils, et qui restent aujourd’hui
d’une actualité surprenante.
Mise en scène grâce à différentes collections d’objets des années 30, la modernité de l’exposition sera affirmée par la projection de films documentaires et d’animations tout-public.

Expositions conférences 2016

Table-ronde « Reporters et Reportages en Grande Guerre (1914-1918) »

Animée par Stéphane Le Bras, avec Nicolas Beaupré, Bernard Cahier et Landry Charrier, « Reporters et Reportages en Grande Guerre (1914-1918) »  le  15 décembre 2016  à Clermont-Ferrand.
Le reportage de guerre de la Grande Guerre a longtemps eu mauvaise presse. Les journalistes étaient en effet souvent accusés d’écrire leurs articles depuis leurs bureaux parisiens, de participer au « bourrage de crâne » ou bien, lorsqu’ils allaient sur le terrain, de ne voir que ce que l’État-Major voulait bien leur montrer. Ils ont également souffert de la concurrence des « écrivains combattants » qui faisaient la guerre au front et étaient jugés plus légitimes pour raconter les combats et les souffrances des simples soldats. Si la majeure partie des reporters choisirent en effet de mettre leur plume au service de leur patrie, certains d’entre eux, comme le Français Albert Londres, le Suisse Robert de Traz ou l’Allemand August-Hermann Zeiz, ne manquaient ni de talent littéraire, ni de clairvoyance. Cette table-ronde sera l’occasion de revenir sur ces figures se situant à la charnière du journalisme et de la littérature.
Nicolas Beaupré (CHEC-UBP), Landry Charrier (CHEC-UBP) et Bernard Cahier (CHEC) ont chacun réédité en 2016 des ouvrages auparavant parus entre 1917 et 1919 qui permettent d’aborder avec moins de manichéisme la question, toujours actuelle, du reportage de guerre qui connu entre 1914 et 1918 son entrée dans la modernité.
Les ouvrages présentés lors de ce débat sont :

  • Sous le brassard vert (Arléa, 2016, préf. Bernard Cahier)
  • Robert de Traz, Sur le front français. Verdun et l’Argonne (Statkine 2016, préf. Landry Charrier)
  • August Hermann Zeiz, Danse autour de la mort (La dernière goutte, 2016, préf. Nicolas Beaupré)



Exposition Médecins Sans Frontières

L’exposition « Naufragés » de Médecins Sans Frontières sera visible à notre siège au 1, rue Besse, à Vichy, jusqu’en septembre prochain.


Expositions – Conférences – 2018

29 mars 2018 Conférence Benjamin STORA

 La France, terre d’accueil a connu des évolutions au cours des grandes vagues migratoires du siècle dernier qui lui ont apporté des transformations. La vague migratoire actuelle apportera, elle aussi, des changements dans les prochaines années à notre société.

A quoi pouvons- nous nous attendre ? Cette vague migratoire pourra être une chance ou une infortune, à quoi cela tiendra-t-il ? La nouvelle loi sur l’immigration permettra-elle une meilleure acceptation des venus d’ailleurs ? Comment l’accueil d’aujourd’hui construira l’humanité de demain.

Benjamin Stora, historien, spécialiste de l’Algérie sa terre natale, est président du Conseil d’orientation de l’Établissement public du Palais de la Porte Dorée qui comprend le Musée de l’histoire de l’immigration Il s‘est récemment vu  confier par la ministre de la Culture une mission « de coordination de l’action culturelle en faveur des migrants ». 

La mission confiée à Benjamin Stora doit faire avant l’été des propositions pour « développer l’accès des migrants aux arts et à la culture », permettre aux artistes et professionnels migrants de « poursuivre leur activité sur le territoire français » et « contribuer à l’évolution des regards portés par notre société sur les populations migrantes